Référencement naturel (SEO) : quelle est l’influence des noms de domaine ?

Extensions génériques, géographiques, réputation, technique, quelles sont les leviers pour optimiser le SEO d'un site ?

Le nombre de sites enregistrés chaque année est en perpétuelle expansion. Et face à cette prolifération, il n’est pas toujours évident de trouver son bonheur. C’est le rôle des moteurs de recherche, qui organisent et classent les sites en fonction des requêtes des utilisateurs. Il est primordial pour ces moteurs de recherche, de proposer des résultats cohérents et qui répondent aux attentes des internautes. C’est ce que l’on appelle le référencement naturel (SEO), et il est la clé de voûte de nombreux aspects du marketing digital. En effet, créer un site est une première étape mais encore faut-il avoir du trafic dessus que ce soit pour vendre des produits, communiquer sur ses services, bref : convertir un internaute en client.

Nouvellement arrivée chez Netim, Moreen rejoint l’équipe en tant que Traffic Manager et sera donc notre référente en référencement au cours de cet article afin de nous permettre de faire la liaison entre la théorie et la pratique.

Le but sera de cerner les enjeux du référencement et de comprendre ce qui peut l’influencer, notamment le rôle des extensions.

 

En quoi consiste le référencement ? Pourquoi cet indicateur est-il primordial aujourd’hui ?

 

SEO, SEA, quelles différences ?

Lorsque l’on parle de référencement, cela implique le classement effectué par les moteurs de recherche sur une requête. Il est important de comprendre qu’un référencement se fait toujours par rapport à un mot, un groupe de mots, un lieu, etc. Ce sont ces paramètres qui permettent de viser une audience en particulier.

Pour mieux ressortir sur la requête “Enregistrer un nom de domaine“, par exemple, deux options s’offrent à moi :

  • Je peux “acheter” cette requête : en réalité, il s’agit d’un système d’enchères. Si je gagne, je bénéficie d’un emplacement en haut de page pour une durée déterminée. Ainsi, je serai garantie d’être en première page et donc d’être particulièrement visible pour les internautes ayant tapé la requête “Enregistrer un nom de domaine”.
  • Autrement, je peux travailler les titres de mes pages, les contenus de mon site, les titres de mes images, les liens internes et externes, bref : optimiser mon site. Ce travail est, certes, fastidieux, mais a le mérite de ne pas être limité dans le temps.

On parle de référencement naturel ou SEO (Search Engine Optimization), c’est-à-dire que personne n’a “forcé” le classement par un achat de mot-clés. C’est l’optimisation du site qui le rend cohérent face aux requêtes des utilisateurs. Lorsque l’on passe par un achat de mots clés, on parle de référencement payant ou SEA (Search Engine Advertising). Ces pages sont positionnées tout en haut ou tout en bas des résultats des moteurs de recherche et on le signe “Annonce” accolé.

Dans cet article, nous nous intéresserons au référencement naturel (SEO).

Qu’est-ce qui influe sur le SEO ou comment améliorer son référencement naturel ?

Ah ! La fameuse question…

Il existe autant de réponses différentes que d’experts SEO. Mais, pour comprendre la logique, disons que trois paramètres sont commun à de nombreuses théories :

  1. La technique

    Il s’agit de l‘optimisation technique de votre site. En effet, lorsque les robots de Google vont venir sonder votre site, ils vont dans un premier temps lui donner un score qui sera plus ou moins haut en fonction des erreurs techniques qu’ils vont rencontrer.
    Autrement dit, si une de vos pages est en erreur 404, vous risquez un malus. Si vos méta données ne sont pas à jour vous risquez également de descendre dans le classement, etc.

    Il faut avant tout un site bien solide capable d’accueillir les internautes et de plus en plus performant (notamment avec les Core Web Vitals, Google devient plus exigeant sur la rapidité de réponse des pages).

    L’optmisation passe notamment par : une arborescence et une architecture claire et cohérente, que ce soit pour les internautes ou pour les moteurs de recherche, les balises title, les balises hn, les canonical, les attribut Alt, etc. Sans oublier d’intégrer les mots clés qui concernent la page ! Ces données vous permettront de remonter plus facilement sur les requêtes ciblées.

    Outils pour crawler votre site comme le font les robots de Google et détecter des éventuels problèmes : Botify, Oncrawl, Screaming Frog
  2. Le contenu

    Revenons sur nos mots-clés, requêtes sur lesquelles nous positionner.
    Il faut comprendre que le plus important pour Google (ou n’importe quel moteur de recherche) est de faire ressortir à leurs utilisateurs une liste de pages de site répondant à leurs attentes. Ainsi, si je recherche “Enregistrer un nom de domaine” je veux cliquer sur une page répondant à ma demande et me permettant soit d’en apprendre plus sur cette action, soit de la réaliser ou bien les deux.
    Pour ce faire, il va falloir se positionner sur cette requête en créant des contenus autour de cette thématique. C’est ce que l’on appelle la recherche sémantique. Le contenu sera enrichi d’un certain nombre de mots-clés qui correspondront aux requêtes des internautes.

    Chaque page doit être unique avec un contenu unique qui répondra à une requête et son champ lexical. Avant de créer une page il faut donc réfléchir à la requête principale à laquelle nous voulons répondre. Bien entendu, Google est de plus en plus intelligent et comprend de mieux en mieux le langage naturel.

    Le contenu doit donc être de qualité ! Inutile de remplir votre page du même mot clés à chaque ligne ou de faire du “blabla” pour remplir votre page de texte… Il faut aussi éviter le duplicate content, c’est à dire 2 pages qui traitent le même sujet, dans ce cas on se cannibalise “tout seul”.

    Outils pour savoir ce que les internautes recherchent : Semrush, Conductor Searchlight, Outil de planification des mots clés de Google, Google Trend pour connaitre les tendances ou encore Answer the public qui vous apportera des idées supplémentaires pour votre rédaction.
  3. La popularité

    Toujours dans une optique de satisfaire leurs internautes, les moteurs de recherche ont intérêt à être sûrs de leurs sources. Une fois que les robots ont sondé la technique et le contenu, ils sont à présent en mesure d’affirmer que le site fonctionne correctement et que le contenu est judicieux par rapport à telle ou telle requête.
    Il s’agit à présent d’établir si ce qui est dit sur ce site peut être digne de confiance. C’est à ce moment-là que la quote de popularité intervient. Et pour juger cela, les robots vont regarder les liens réalisés vers cette page (backlink). En effet, ils estiment que si un nombre conséquent de sites extérieurs font lien vers ce site, c’est qu’il est considéré comme une référence et qu’il sera donc peu à même de divulguer de fausses informations.

Cela passe également par l’expertise et “l’âge du site”, on peut faire référence au EAT :
  • Expertise : on sait de quoi on parle avec du contenu de qualité,
  • Autority : pop, bakclink, etc. 
  • Trust : inspirer la confiance en ayant un site sécurisé notamment pour les transactions financières, avis … 

 

L’influence du nom de domaine sur le référencement naturel

 

Une influence entre mythe et réalité

Souvent exagéré, parfois inventé, le rôle des noms de domaine sur le référencement naturel n’est pas tout à fait avéré. Une chose est sûre, Google fait la distinction entre :

Comment ? En favorisant certains résultats en fonction des zones géographiques induites par certaines extensions géographiques. Autrement dit, il est exact qu’un site en .fr serait plus à même de ressortir sur des requêtes françaises qu’un site en .doctor.
Néanmoins, cette règle générale est à relativiser. Les robots de Google sont suffisamment malins pour comprendre la “nationalité” du site même si l’extension n’est pas géographique. Ce qui signifie qu’un site en .com écrit en français, avec une adresse de contact en France et comme devise l’euro, aura tout autant de chance de ressortir sur des requêtes françaises qu’un .fr.
Il est également possible d’intégrer des balises au sein du code pour indiquer la localisation.

Google fait donc la différence entre les extensions génériques et géographiques. Il est intéressant de noter que les extensions de villes (geoTLDs) sont considérés comme des extensions génériques. Ainsi, un site en .paris est, selon Google, considéré comme un site en .com pour le SEO !

 

Des extensions à mauvaises réputations

 

Certaines extensions n’ont pas bonne réputation. Elles hébergent de nombreux sites frauduleux et leur indicateur de confiance n’est pas au vert. Comment expliquer que certaines soient plus susceptibles que d’autres d’avoir de tels sites dans leur base ?
Le prix est un bon indicateur. La plupart des extensions gratuites ou très peu coûteuses hébergent souvent beaucoup de sites frauduleux. Le volume d’enregistrement est pourtant conséquent sur ces extensions si l’on en croit le rapport prodigué sur le secteur des noms de domaine.

Alors, faut-il ou non enregistrer son domaine sur des extensions douteuses ?
La réponse est : ça dépend !
Bien sûr, ces extensions ont des avantages, et leur rôle sur le référencement n’est pas primordial. Néanmoins, nous vous conseillons d’utiliser ces extensions pour réaliser des tests, ou comme site personnel, bref un site où vous ne placez pas toutes vos espérances. Car la réputation d’un site joue un rôle important sur le SEO et, au regard de la variété d’extensions disponibles, il serait dommage de se limiter !

Si vous souhaitez vous faire une idée des extensions les plus mal notées, vous pouvez consulter ce site de statistiques des pires TLDs.

 

 

Vous l’aurez compris, le sujet du référencement est infini et les recommandations multiples. Ce qui est sûr, c’est que son influence sur le trafic des sites est immense. Il est donc inévitable pour de nombreuses entreprises de se pencher sur la question. Quoiqu’il en soit, le SEO fonctionne, et ce, sur le long terme.

De nombreux paramètres influencent le classement des sites sur les moteurs de recherche. Et, même si les extensions ne jouent pas un rôle primordial, elles restent des paramètres à prendre en compte lorsque l’on enregistre un nom de domaine.

Vous rencontrez des problèmes lors de l’enregistrement de votre domaine ? Vous avez du mal à vous décider ? Pourquoi ne pas jeter un œil à nos 15 conseils de professionnel pour bien choisir votre nom de domaine. Vous pourrez ainsi prendre en compte de nombreux paramètres pour enregistrer LE nom de domaine fait pour vous.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page