Augmentation d’enregistrements et extensions locales, découvrez le rapport sur le marché des TLDs !

Mesures sanitaires, confinements, comment comprendre le rapport sur le marché des TLDs ?

Dans le secteur numérique, les événements de l’année 2020 ont été révélateurs de certains besoins de nos sociétés. Face à une distanciation imposée, le digital était devenu pour de nombreuses personnes leur vitrine, outil de travail, lien social, etc.
Qui dit création de site dit enregistrement de nom de domaine. Comment comprendre le rapport sur le marché des TLDs ? Quelles différences entre les pays ? Quelles extensions ont été favorisées ?

 

À l’échelle mondiale, une hausse du nombre d’enregistrements

En moyenne, les différents continents ont relevé une augmentation de 4,6 % sur l’année 2020. Un chiffre que l’on peut contraster pour l’Asie du Sud Est qui obtient en réalité presque moitié moins.

Ces chiffres peuvent s’expliquer par deux facteurs.

L’Asie du Sud Est n’avait pas les mêmes besoins en transformation numérique que sur d’autres continents, il y a beaucoup de grandes entreprises qui étaient déjà digitalisées. De plus, l’utilisation de nombreux réseaux sociaux y est très importante et permet de référencer des acteurs locaux sans avoir à créer de site.

En 2020, l’Europe enregistrait sa plus forte hausse d’achat de domaines depuis ces six dernières années. Soit une augmentation de 27 % entre novembre 2019 et novembre 2020. Ces chiffres peuvent s’expliquer par le phénomène de confinement en Europe précédemment évoqué. Néanmoins ces données peuvent être relativisées puisque seulement 44% des domaines enregistrés sont réellement actifs (avec un contenu et non simplement une page parking).

Outre le nombre d’enregistrements en hausse, il est également intéressant de remarquer une part de plus en plus grandissante des extensions nationales ccTlds pour le développement des commerces locaux. En effet, des chiffres montrent une part plus importante d’extensions nationales sur des enregistrements auprès de registrar locaux.

L'impact des ccTLDs sur le marché local et mondial

L’exemple de la France, une année porteuse pour l’extension .FR

En 2020, le .FR note une augmentation de 7 % d’enregistrements de noms de domaine. Soit une croissance presque doublée en une année. Ainsi, le .FR se positionne à la 8ème place du classement des ccTLDs les plus enregistrés.  Il est particulièrement intéressant de constater que cette hausse considérable est propre au .FR en France.

Autrement dit, le reste du marché des extensions n’a pas autant de succès en France (en moyenne +6,1 %) et inversement le .FR n’a pas rencontré un succès tel dans le reste du monde (en moyenne +1,4 %).

 

Top 4 régions françaises .FR

Le .FR gagne 0,3 points sur les parts de marché de création de site internet en France tandis que le .COM recule de 0,6 points. On peut donc en dégager des comportements numériques à l’échelle locale et nationale.

Notamment au travers de TPE/PME, restaurateurs, artisans, qui ont besoin d’exister à échelle locale sur le net. Un besoin de reconnaissance régionale qui s’est très certainement renforcé avec les nombreuses restrictions de circulation sur l’année 2020.

 

Une progression des extensions locales à relativiser

Bien que l’on ait pu ressentir un engouement pour la consommation locale en 2020 (et oui même au niveau des extensions), il faut relativiser le cas des extensions régionales et de villes qui ne suivent pas la même tendance. Ils représentent en effet une part minime des enregistrements de geoTLDs. Cette catégorie de TLDs comprend les ccTLDs (.fr, .uk, .it, etc.) et les ngTLDs (.paris, .alsace, .nyc etc.).

Ainsi, 98,2% des enregistrements de geoTLDs sont des ccTLDs et seulement 1,8% des ngTLDs. On retrouve en top du classement les extensions : .tokyo (23,3%), .nyc (8,2%), .london (6,4%).

La part des ngTLDs sur le marché des geoTLDs

Quoi qu’il en soit, la hausse de ces extensions est bien moins significative. Ce qui est regrettable car ces extensions ont les mêmes envies que les extensions nationales : développer le territoire numérique régional et accompagner les acteurs locaux dans leur transformation numérique.

Evolutions parmi les gTLDs

Que retenir de ce rapport sur le marché des TLDs ?

Que ce soit à l’échelle mondiale, régionale ou nationale 3 tendances se dégagent de ce rapport sur le marché des TLDs  :

  • Une hausse des enregistrements : de plus en plus d’entreprises, particuliers, indépendants développent leur présence numérique et repensent leur façon de communiquer, vendre, collaborer. C’est un fait, de nombreuses habitudes ont été bousculées pendant l’année 2020, et les populations s’adaptent. Le .BAR, par exemple, a connu la plus forte hausse d’enregistrements avec +1769 %.
  • Un besoin de présence qualitative localement : les extensions nationales se sont fortement développées au profit d’extensions plus génériques et à large public. Le but ? Viser juste, cibler des internautes et convertir !
  • Un besoin fortement identifié en Europe : plus que sur d’autres continents, l’Europe a fortement œuvré à la transformation numérique des artisans, commerçants et autres acteurs fortement touchés par les restrictions sanitaires. Une dynamique numérique qui ouvre le champ des possibles pour les années à venir !

 

Et vous, quel domaine allez-vous enregistrer aujourd’hui ?

 

Sources : 

 

Voir des articles similaires

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page